J’ai testé la cryothérapie corps entier : Quand exposer son corps à un froid extrême devient bénéfique pour la santé

Quelques semaines avant notre grand départ aux USA, je suis invitée à venir tester une séance de cryothérapie dans le premier centre corps entier sur la région Rhône-Alpes à Challes-les-Eaux dans le 73. Je procrastine jusqu’à prendre rendez-vous, deux jours avant le big day, sans regret puisqu’à l’approche de notre changement de vie, j’avais bien besoin de ce petit coup de fouet!

Comme beaucoup de personnes, je ne savais absolument pas de quoi il s’agissait vraiment avant de m’y rendre. Ma culture sur la cryogènesis s’arrêtait au film de science-fiction de 1993 : DEMOLITION MAN (Le destructeur au Québec) où Sylvester Stallone nous gratifie de cette célèbre phrase «  I AM THE LAW » ( je suis la loi)

Attention la suite de ce billet est glaçante … mouhaha

Qu’est ce que la cryothérapie corps entier ?

La cryothérapie corps entier est un procédé qui vise à utiliser l’action du froid en produisant un effet antalgique, anti-inflammatoire et endorphinique sur tout le corps. L’organisme est exposé à un froid intense variant entre -110 à -117°C pendant deux à trois minutes. Le but étant de créer un choc thermique en abaissant rapidement et le plus bas possible, la température corporelle pour provoquer des réactions physiologiques positives. Cette technique est utilisée dans différents domaines.

La cryothérapie, une solution très encourageante pour traiter les douleurs chroniques

En agissant sur le circuit de transmission nerveuse de la douleur et en permettant la libération d’un grand nombre de substances présentes dans le sang ayant des propriétés anti-inflammatoires, la cryothérapie va avoir des effets très intéressants sur les pathologies rhumatismales (spondylarthrite ankylosante, fibromyalgie, polyarthrite rhumatoïde, douleurs musculaires, arthrose), dermatologiques (psoriasis, eczéma), neurologiques (spasticité, migraines et céphalées, troubles du sommeil) ou encore sur l’endométriose.

De nombreux témoignages très encourageants de curistes montrent les effets très positifs sur leur pathologie. Les douleurs ont fortement diminué, moins de crises et une prise des traitements antalgiques et/ou anti-inflammatoire diminuée. Vous pouvez trouver des témoignages sur leur site ici, ainsi que les résultats d’une étude de satisfaction réalisé au centre Saint-Malo ici.

La cryothérapie, une aide dans la cicatrisation des blessures traumatologiques ou après une chirurgie

L’augmentation de l’afflux sanguin aiderait à réduire les délais de cicatrisation et à diminuer l’œdème.

Ce qui voudrait dire qu’on pourrait éviter les joues de hamster après une opération des dents de sagesse ?

La cryothérapie, un pas vers le bien être

La cryothérapie réduirait la fatigue, l’anxiété, le stress et aiderait dans les troubles du sommeil. Avis aux voyageurs : une séance pourrait aider à se remettre plus rapidement du jet lag;

La cryothérapie, une aide pour les sportifs

En tant que sportif quoi de mieux que pouvoir bénéficier d’une récupération musculaire accélérée. La cryothérapie est également utilisée pour les préparations à l’entrainement.

En conclusion, la cryothérapie c’est un peu le couteau suisse d’une cure de jouvence!

Comment se déroule une séance de cryothérapie ?

Un bilan complet

Lors de mon arrivée, j’ai dû renseigner un formulaire assez complet sur mes antécédents médicaux et chirurgicaux, mes traitements médicamenteux en cours et le motif de ma consultation : vieille avant l’heure ?

Pour finaliser le bilan, ma tension et mon pouls ont été pris dans la foulée.

En fonction du bilan, un protocole est proposé au curiste avec un nombre de séances personnalisées en fonction du motif de consultation. Par exemple, un patient atteint d’une fibromyalgie se verra proposer une cure de 12 à 20 séances en fonction de sa douleur (sur l’échelle d’Hamilton) alors que pour un jet lag 1 séance suffira largement.

Un thérapeute vérifiera avec vous si votre état de santé ne comporte aucune contre-indication. Rien n’est laissé au hasard.

Direction le vestiaire

A la fin de notre entretien, j’ai été invitée à rejoindre les vestiaires pour m’équiper. J’ai enfilé mon plus beau maillot de bain une pièce, histoire de couvrir le plus de zone possible et des énormes chaussettes hautes en laine en espérant échapper au froid polaire qui m’attendait .. :p

Pour parfaire ma tenue, l’équipe a mis à ma disposition : un masque, un bonnet, des gants en polaire et des chaussures en plastique. Tout pour protéger les parties les plus fragiles. En complément, un peignoir est également prêté pour le avant et après.

Aucun objet métallique (percing, bijoux, armatures de soutien-gorge etc..) n’est autorisé. Les plaies cutanées doivent être protégées et aucune partie du corps ou vêtement ne doit être humide. Cela implique pas de bain ou de douche 30 minutes avant la séance.

Le grand saut

On m’explique que je vais devoir rentrer dans un premier SAS à -60° pendant 30 secondes pour déshumidifier ma peau et que si tout va bien pour moi je pourrai rentrer pour une durée de 2 minutes 30 dans la chambre thérapeutique à -110°C

Je ne vous dirai pas que j’avais un peu d’appréhension; Une grande frileuse comme moi..

Avant de rentrer dans le premier SAS la thérapeute prend ma température. C’est parti, j’ouvre la porte et me retrouve plongée en plein milieu de l’arctique -60 . Ça vaaaaa! On me fait signe de rentrer dans la chambre thérapeutique à -110°C c’est bon je suis un pingouin sur la banquise. La pièce tremble, ah non c’est juste tout mon corps. Je grelotte à fond sous une musique d’ambiance. Parce que, pour motiver et faire passer le temps plus vite, on a eu le droit de choisir des musiques de fond. Mon coéquipier du jour et habitué des lieux a choisi du métal, moi je préfère de la musique Latino au cas où ça puisse me réchauffer de l’intérieur. 2 minutes 30 plus tard je sors, fière, pendant que mon binôme de thérapie se fait un petit extra.

Après la séance, j’enfile mon peignoir et m’installe dans le petit salon. La thérapeute vérifie ma température cutanée et me rappelle les précautions à prendre après une séance de cryothérapie.

  • Comme avant la séance, pas de bain ou de douche 30 minutes après
  • Pas de prise de caféine immédiatement après la séance.
  • En profiter pour bien boire.

Malgré le fait que Parkinson ne me quitte pas pendant 1h, je suis super bien, je me sens détendue et je suis ravie d’avoir pu tester! Certes, c’est un peu déconcertant au début : comment survivre à une température aussi basse ? Et puis, on réalise que ça se fait super bien.

Au vu des bienfaits, je recommande vivement de faire une cure.

A noter que l’équipe travaille conjointement avec un kinésithérapeute et ostéopathe pour allier plusieurs disciplines et maximiser les effets.

Coins des Recettes : La COPPA

Expatriée oui, mais surtout de mes tendres habitudes alimentaires méditerranéennes. Moi qui porte une place trèèèèès importante de la nourriture dans ma vie ( oui oui rien ne m’arrête pour une bonne charcuterie accompagnée d’un pain de campagne) j’ai bien cru que j’allais devoir me passer de mes péchés mignons pendant un bon laps de temps.
Finalement, à ma grande surprise, on trouve quand même pas mal de chose dans le New England. Bon parfois à des prix un peu fou mais je dirai c’est le jeu ma pauvre Lucette.

Vous aurez compris que l’expatriation c’est aussi le bon moment pour s’essayer à de nouvelles choses, comme faire son propre pain au levain ou sa Coppa. Question de priorité et de survie :p

Lire la suite de « Coins des Recettes : La COPPA »

LifeStyle s’expatrier en famille : Séjour dans les White Mountains

Covid oblige nous avons dû revoir notre destination de vacances cet été : adieu les aventures au Costa Rica, les belles plages du Mexique ou l’envoûtante musique cubaine. On s’est dit autant visiter autour de chez nous puisque la nouvelle Angleterre, au dire de beaucoup, est vraiment une très belle région. D’ailleurs le peu que nous avons vu jusqu’ici nous convainc assez 😉

On sélectionne notre destination selon le Master critère Quarantaine or NOT Quarantaine. Evidemment on choisit l’État qui nous accueille sans conditions autre que le slogan de Mac Donald « Venez comme vous êtes ».

Roulement de tambour … on choisit le New Hampshire direction les White Mountains. La devise de cet État n’est autre que la célèbre phrase :

Live Free or Died (Vivre libre ou mourir)

Le ton du séjour est donné.

Après la destination c’est au tour du style : AIRBNB, Bed&Breackfast, Resort ou encore un bon vieux Camping. Au vu des prix affolants, on s’est vite rabattu sur du camping (ce qui à priori devait nous coûter moins cher..) mais après réflexion on avait laissé tout notre matériel en France sauf la tente. Si on rajoutait à cela le fait que j’étais enceinte, pas trop chaude pour une première immersion dans des zones d’ours en mode camping sauvage et un temps qui s’annonçait pluvieux on a plutôt revu nos critères et opté pour du camping mais attention de luxe : du GLAMPING ou le prêt-à-camper. Un de ces nouveaux mots à la mode que je ne découvre que maintenant et qui existe certainement depuis un petit moment.

Nous voilà donc avec une réservation assurée de 4 nuits à Huttopia  » dans ce paradis de nature au coeur des Appalaches » pour la modique somme de 768$ ( finalement on paie aussi cher voire plus cher que si nous avions choisi un autre style de vacances. Passons pour la folie)

Jour du départ

Le jour du départ tant attendu est enfin arrivé. On a même préparé la veille nos affaires. Est-ce le changement d’air qui opère : Devenons-nous plus organisés et moins la Team dernière minute? Je parie plutôt sur l’exception.

20 milles lieues sous les mers

Histoire de profiter et de bien commencer les vacances, El Rey nous prévoit une petite activité sur le chemin : La visite d’un ancien sous-marin nucléaire The USS Albacore à Portsmouth. Les enfants sont fous de joie et encore plus quand le gentil monsieur de l’accueil leur dit et leur suggère fortement de toucher à tout : LE RÊVE!


Fin de la visite. Rien à redire c’était aussi chouette pour les enfants que pour les adultes. Par contre j’ai très vite compris que psychologiquement les marins étaient prêts pour participer à la prochaine télé-réalité type Love Story. Après seulement 5 minutes à l’intérieur, on se demande comment des hommes peuvent rester volontairement d’aussi longs mois enfermés avec les mêmes colocs dans 60m2 de long .. ( même si maintenant que j’y pense ça me fait écho avec les 5 derniers mois passé confiné avec les personnes que je suis censée aimer le plus au monde :p)

Halte à Portsmouth

Après ce moment fort sympathique, nous filons direction le centre ville de PortsMouth pour se désaltérer et trouver un endroit où se poser pour manger.

On découvre une très jolie ville portuaire. J’ai appris plus tard qu’on dit d’elle qu’il y a plus de restaurants que d’habitants. Dommage on a prévu le pique-nique. On se promet d’y revenir après tout ce n’est qu’à 1h de la maison.

Séjour dans notre Glam tente

En arrivant dans le camping, on découvre les joies d’une vie sans connexion internet, ni téléphone. On avait préparé nos affaires, pas notre séjour..

Après avoir récupéré les clés et bien écouté les règles de sécurité à respecter pour éviter la visite malencontreuse d’un ours, nous nous rendons à notre futur logis de luxe équipé d’un frigo, de vrais lits avec couettes et oreillers, table à manger, ustensiles de cuisine. On dit un grand OUI au Glamping ! ^^

On a même droit à un petit chariot pour amener nos affaires de la voiture à notre tente. On ne tient plus les enfants, ils sont en pleine hallucination et appropriation des lieux : « Notre maison elle est vraiment trop bien! »

On se fait un rapide tour aux endroits stratégiques : Je parle évidemment des SANITAIRES et de la piscine chauffée (SVP).

Et comme j’en connais un qui n’a qu’une seule obsession, celle d’allumer un bon feu pour faire griller nos chamallows, on ne tarde pas trop à rentrer à la tente. 1h plus tard le mâle y est encore, il ne lâche rien et ne lâchera rien chaque soir jusqu’à notre départ. Un bon exemple de persévérance pour les enfants. Il faut bien avouer que c’est le kiff total, on profite de nos 4 jours pour s’acheter de la viande et des légumes à faire griller et s’engloutir des paquets de chamallows à en avoir mal au ventre.

  • Le confort : dormir dans un vrai lit alors qu’on est sous une tente ce n’est que du bonheur
  • Avoir une structure sur-élevée : Pas de problème d’infiltration d’eau lorsqu’il pleut. Situation vécue à moultes reprises en Corse où en pleine nuit il fallait dégainer la pelle pour creuser des tranchées et éponger ses affaires..
  • Les infrastructures : la piscine chauffée, le food truck old school et les jeux pour enfants
  • Les emplacements : beaucoup d’espace entres les tentes ce qui nous donnait ce sentiment d’être quasiment seuls
  • Le mode camping : Aller aux sanitaires en pleins milieu de la nuit en se demandant si c’est ce soir qu’on va rencontrer le grand méchant ours, loup etc (Oui oui c’est aussi pour ça qu’on aime le camping, le côté roots!)

  • Notre invité surprise : un serpent qui n’a pas eu la délicatesse de nous demander s’il pouvait venir dans la tente
  • La couverture avec une très forte odeur d’urine et les ustensiles de cuisines même pas nettoyés par les précédents locataires
  • Les jouets mis à dispositions pour les enfants pas très bien entretenus
  • Ne pas avoir de connexion internet pour préparer notre séjour

A ce stade est-ce qu’on recommanderait ?? That is the question .. pour le prix je ne sais pas je dirai non mais El Rey oui .. Question de point de vue !

Les activités

Qui dit Covid dit aussi que ce n’est pas la meilleure période pour visiter. Beaucoup d’espaces nécessitent une pré-reservation pour un nombre vite limité

Les FLUME GORGE ❤❤

Une balade d’environ 1 à 2h (avec des tous petits)

Nous avons énormément aimé le passage dans la gorge qui présente des murs de granit de Conway d’une hauteur de plus de 21 à 27 mètres sur une distance de 4 à 6 mètres! C’est un site géologique qui date du Jurassic ce qui donnait vraiment la sensation d’être dans Jurassic Park sans les dinosaures 😉

Balade en canoë sur la SACO RIVER ❤

Il y a de très nombreux sites en général aux USA pour faire du canöe-Kayak et pour tous les niveaux. C’est une très belle façon d’explorer les lacs et rivières et de profiter de très beaux paysages. Après quelques recherches la SACO RIVER nous a semblé propice pour une balade assez tranquillou avec les enfants. On a quand même eu droit à notre petit moment d’aventure quand Fruit de la passion N°1 a eu une envie imminente de faire caca. Evidemment aucune possibilité de s’arrêter., on a du actionné le plan Z : tenu à bout de bras par daddy et moi qui essayait de pagayer dans le seul endroit où il y avait un peu de courant. On a quand même dû lui expliquer que les poissons aussi faisaient dans la rivière pour le convaincre et lui dire que son petit frère faisait une blague quand il disait qu’il y avait des crocodiles ..

Je vous donne le nom de la société par laquelle on est passé sans pour autant vous la recommander : Saco Valley Canoe Il y avait un seul employé qui gérait tout. (Effet COVID?) Le pauvre, il était au bout de sa vie, ce qui fait qu’heureusement, on a eu le réflexe, quand il nous a déposé sur le spot de départ, de demander où l’on devait s’arrêter et ce que l’on devait faire pour qu’il vienne nous chercher sinon il serait parti tout pépère et on a eu aucune consigne de sécurité. (comme il est interdit de balancer ses enfants par dessus le canoë.. :p)

Diana Bath’s

Une promenade très facile de 15 minutes environ qui mène vers de belles cascades rocheuses. L’été c’est vraiment un endroit idéal avec des enfants pour se rafraichir dans les piscines naturelles (Je tiens à signaler que l’eau est quand même trèès rafraichissante..).

Comme tous sites chouettes, il vaut mieux arriver tôt car il y a du monde. Le parking est payant. Une simple boîte est mise à disposition pour laisser les 5$ demandés. Quand nous y sommes allés, le parking était plein, El Rey nous a déposé et est parti se garer à 1km sur le bas côté en laissant un mot sur le pare brise du style « Je reviens dans 1h » ahah

Un tour de old- fashioned railroading

La description sur le site donnait envie Conway Valley Train «  Profitez d’une expérience de chemin de fer à l’ancienne en voyageant sur des itinéraires ferroviaires historiques dans des voitures de passagers d’époque, tous les trains partant de notre gare de 1874 au milieu de North Conway Village. Vous roulez à travers des sections de sapin, vous parcourrez les routes 16 et 302, traversant des rivières en cours de route. Ces trains restent dans la vallée et offrent de jolies vues lointaines sur les montagnes « 

Et puis la réalité : vue sur une station d’épuration, casse de tracteur et très très loin c’est vrai une vue sur les montagnes. On aura beaucoup aimé l’atmosphère du vieux train mais beaucoup moins de payer 20$ pour cette vue.

Malgré tout, ils proposent un autre tour mais de 5h au lieu de 1h le tour s’appelle : Mountaineer. Il est décrit comme pittoresque et traversant la vallée du mont Washington et sur la route Crawford Notch. En automne cela doit être une belle expérience … pour la modique somme de 107$ par adulte…

En espérant que ce billet vous ait fait voyager !

LifeStyle, S’expatrier en famille Etape N°8 : Nos premières démarches administratives

Il est 3h du matin. « N’est-ce pas l’heure de petit déjeuner ? », nous scandent les enfants. Bah voyons ! On les somme de retourner se coucher « c’est la nuit les gars ! ». Mais une fois que tu es réveillée et que tu digères à peine le décalage horaire, tu dis évidement bye bye à ta nuit. La journée du lendemain promet d’être longue.

Lire la suite de « LifeStyle, S’expatrier en famille Etape N°8 : Nos premières démarches administratives »

LifeStyle, S’expatrier en famille Etape N°7 : Le jour du départ Partie 2

Voyager avec deux gnomes sur des longs courriers c’est faisable, même si parfois cela relève d’une prouesse mentale. J’ai écrit un article à ce propos : Survivre à un voyage avec ses enfants, est-ce possible? Mais alors, quand il s’agit d’un vol uniquement aller, psychologiquement, ça passe encore mieux!

Lire la suite de « LifeStyle, S’expatrier en famille Etape N°7 : Le jour du départ Partie 2 »

LifeStyle, S’expatrier en famille Etape N°7 : Le jour du départ Partie 1

Le réveil sonne, il est 6h, il nous reste des choses à ranger encore et encore. Va t-il y avoir une fin ??? On est super efficace. Pas le temps de tergiverser, on ne veut surtout pas reproduire nos départs habituels en avion où l’on trouve toujours le moyen, même avec de l’avance, de courir dans le hall pour attraper notre avion et de reproduire systématiquement la scène de départ du célèbre film Maman, j’ai raté l’avion…

Lire la suite de « LifeStyle, S’expatrier en famille Etape N°7 : Le jour du départ Partie 1 »

LifeStyle, S’expatrier Etape N°6 : Les au-revoir

Au revoir est un mot de rupture temporaire, il termine un moment de vie mais exprime l’idée de se voir à nouveau sans encombre. Il m’a toujours contrarié car je ne l’ai jamais pris à la légère. Qui peut prédire l’avenir ? Mais c’est aussi son caractère si imprévisible qui donne aux retrouvailles cette saveur si exquise et cette envie de passer le meilleur de son temps auprès des autres.

Lire la suite de « LifeStyle, S’expatrier Etape N°6 : Les au-revoir »

LifeStyle, S'expatrier Etape N°5 : Obtenir son VISA L1 et L2

Trouver des informations et des exemples de parcours détaillés avant d’entamer les démarches pour notre demande de Visa pour les Etats-Unis aurait été le must du must, histoire de savoir à quoi s’attendre. C’est dans cette optique que je vous propose dans ce billet un (long) aperçu détaillé de notre parcours.

Comme pour quasiment toutes les étapes, nous avons été accompagnés par une société de prestations ce qui nous a évité pas mal d’angoisse.

Lire la suite de « LifeStyle, S'expatrier Etape N°5 : Obtenir son VISA L1 et L2 »

LifeStyle, S’expatrier Etape N°5 : Déménager ses affaires à l’autre bout du monde

Je dirais qu’il y a trois cas de figure :

  • Le premier cas, le plus simple : le déménagement est compris dans votre package !
  • Le deuxième cas, vous souhaitez absolument partir avec votre canapé chiné…
  • Le troisième cas, vous ne voulez pas vous encombrer (et surtout vous ruiner). Ce sera des valises en soute et c’est tout !

Si vous êtes comme nous, vous risquez de vous reconnaître dans tous les cas de figure à un moment ou à un autre dans votre projet d’expatriation.

Lire la suite de « LifeStyle, S’expatrier Etape N°5 : Déménager ses affaires à l’autre bout du monde »

Lifestyle, Entreprendre de s’entreprendre : L’expatriation propice à l’entreprenariat ?

J’ai toujours eu comme rêve de créer ma société. Je me disais : « pendant mes congés maternité et parentaux… »

 » Okay c’est le moment d’y réfléchir sérieusement. »

J’ai du temps (en tout cas, plus de temps…) et puis la grossesse est un moment propice pour mener une introspection. Mais j’avais oublié, tout d’abord :

  • Le facteur GROSSESSE = grosse fatigue + coupure de transmission neuronales pour moi.
  • Et puis le second facteur qui plus est, hyper important : l’ENFANT = quasiment plus de temps pour soi mis à part dormir quand on PEUT.

Après deux grossesses et deux congés mat, j’en ai conclu que, finalement, ce n’était pas la période la plus calme pour entreprendre d’autres grands changements dans ma vie.

Lire la suite de « Lifestyle, Entreprendre de s’entreprendre : L’expatriation propice à l’entreprenariat ? »