J’ai testé la cryothérapie corps entier : Quand exposer son corps à un froid extrême devient bénéfique pour la santé

Quelques semaines avant notre grand départ aux USA, je suis invitée à venir tester une séance de cryothérapie dans le premier centre corps entier sur la région Rhône-Alpes à Challes-les-Eaux dans le 73. Je procrastine jusqu’à prendre rendez-vous, deux jours avant le big day, sans regret puisqu’à l’approche de notre changement de vie, j’avais bien besoin de ce petit coup de fouet!

Comme beaucoup de personnes, je ne savais absolument pas de quoi il s’agissait vraiment avant de m’y rendre. Ma culture sur la cryogènesis s’arrêtait au film de science-fiction de 1993 : DEMOLITION MAN (Le destructeur au Québec) où Sylvester Stallone nous gratifie de cette célèbre phrase «  I AM THE LAW » ( je suis la loi)

Attention la suite de ce billet est glaçante … mouhaha

Qu’est ce que la cryothérapie corps entier ?

La cryothérapie corps entier est un procédé qui vise à utiliser l’action du froid en produisant un effet antalgique, anti-inflammatoire et endorphinique sur tout le corps. L’organisme est exposé à un froid intense variant entre -110 à -117°C pendant deux à trois minutes. Le but étant de créer un choc thermique en abaissant rapidement et le plus bas possible, la température corporelle pour provoquer des réactions physiologiques positives. Cette technique est utilisée dans différents domaines.

La cryothérapie, une solution très encourageante pour traiter les douleurs chroniques

En agissant sur le circuit de transmission nerveuse de la douleur et en permettant la libération d’un grand nombre de substances présentes dans le sang ayant des propriétés anti-inflammatoires, la cryothérapie va avoir des effets très intéressants sur les pathologies rhumatismales (spondylarthrite ankylosante, fibromyalgie, polyarthrite rhumatoïde, douleurs musculaires, arthrose), dermatologiques (psoriasis, eczéma), neurologiques (spasticité, migraines et céphalées, troubles du sommeil) ou encore sur l’endométriose.

De nombreux témoignages très encourageants de curistes montrent les effets très positifs sur leur pathologie. Les douleurs ont fortement diminué, moins de crises et une prise des traitements antalgiques et/ou anti-inflammatoire diminuée. Vous pouvez trouver des témoignages sur leur site ici, ainsi que les résultats d’une étude de satisfaction réalisé au centre Saint-Malo ici.

La cryothérapie, une aide dans la cicatrisation des blessures traumatologiques ou après une chirurgie

L’augmentation de l’afflux sanguin aiderait à réduire les délais de cicatrisation et à diminuer l’œdème.

Ce qui voudrait dire qu’on pourrait éviter les joues de hamster après une opération des dents de sagesse ?

La cryothérapie, un pas vers le bien être

La cryothérapie réduirait la fatigue, l’anxiété, le stress et aiderait dans les troubles du sommeil. Avis aux voyageurs : une séance pourrait aider à se remettre plus rapidement du jet lag;

La cryothérapie, une aide pour les sportifs

En tant que sportif quoi de mieux que pouvoir bénéficier d’une récupération musculaire accélérée. La cryothérapie est également utilisée pour les préparations à l’entrainement.

En conclusion, la cryothérapie c’est un peu le couteau suisse d’une cure de jouvence!

Comment se déroule une séance de cryothérapie ?

Un bilan complet

Lors de mon arrivée, j’ai dû renseigner un formulaire assez complet sur mes antécédents médicaux et chirurgicaux, mes traitements médicamenteux en cours et le motif de ma consultation : vieille avant l’heure ?

Pour finaliser le bilan, ma tension et mon pouls ont été pris dans la foulée.

En fonction du bilan, un protocole est proposé au curiste avec un nombre de séances personnalisées en fonction du motif de consultation. Par exemple, un patient atteint d’une fibromyalgie se verra proposer une cure de 12 à 20 séances en fonction de sa douleur (sur l’échelle d’Hamilton) alors que pour un jet lag 1 séance suffira largement.

Un thérapeute vérifiera avec vous si votre état de santé ne comporte aucune contre-indication. Rien n’est laissé au hasard.

Direction le vestiaire

A la fin de notre entretien, j’ai été invitée à rejoindre les vestiaires pour m’équiper. J’ai enfilé mon plus beau maillot de bain une pièce, histoire de couvrir le plus de zone possible et des énormes chaussettes hautes en laine en espérant échapper au froid polaire qui m’attendait .. :p

Pour parfaire ma tenue, l’équipe a mis à ma disposition : un masque, un bonnet, des gants en polaire et des chaussures en plastique. Tout pour protéger les parties les plus fragiles. En complément, un peignoir est également prêté pour le avant et après.

Aucun objet métallique (percing, bijoux, armatures de soutien-gorge etc..) n’est autorisé. Les plaies cutanées doivent être protégées et aucune partie du corps ou vêtement ne doit être humide. Cela implique pas de bain ou de douche 30 minutes avant la séance.

Le grand saut

On m’explique que je vais devoir rentrer dans un premier SAS à -60° pendant 30 secondes pour déshumidifier ma peau et que si tout va bien pour moi je pourrai rentrer pour une durée de 2 minutes 30 dans la chambre thérapeutique à -110°C

Je ne vous dirai pas que j’avais un peu d’appréhension; Une grande frileuse comme moi..

Avant de rentrer dans le premier SAS la thérapeute prend ma température. C’est parti, j’ouvre la porte et me retrouve plongée en plein milieu de l’arctique -60 . Ça vaaaaa! On me fait signe de rentrer dans la chambre thérapeutique à -110°C c’est bon je suis un pingouin sur la banquise. La pièce tremble, ah non c’est juste tout mon corps. Je grelotte à fond sous une musique d’ambiance. Parce que, pour motiver et faire passer le temps plus vite, on a eu le droit de choisir des musiques de fond. Mon coéquipier du jour et habitué des lieux a choisi du métal, moi je préfère de la musique Latino au cas où ça puisse me réchauffer de l’intérieur. 2 minutes 30 plus tard je sors, fière, pendant que mon binôme de thérapie se fait un petit extra.

Après la séance, j’enfile mon peignoir et m’installe dans le petit salon. La thérapeute vérifie ma température cutanée et me rappelle les précautions à prendre après une séance de cryothérapie.

  • Comme avant la séance, pas de bain ou de douche 30 minutes après
  • Pas de prise de caféine immédiatement après la séance.
  • En profiter pour bien boire.

Malgré le fait que Parkinson ne me quitte pas pendant 1h, je suis super bien, je me sens détendue et je suis ravie d’avoir pu tester! Certes, c’est un peu déconcertant au début : comment survivre à une température aussi basse ? Et puis, on réalise que ça se fait super bien.

Au vu des bienfaits, je recommande vivement de faire une cure.

A noter que l’équipe travaille conjointement avec un kinésithérapeute et ostéopathe pour allier plusieurs disciplines et maximiser les effets.

J’ai testé, Fempo la culotte Menstruelle

Femmes que nous sommes, s’il y a une chose à laquelle on ne peut pas échapper pendant une période plutôt longue de notre vie, c’est bien les règles. Pourtant, c’est un sujet encore tabou dans de nombreux pays du monde. D’ailleurs, il paraîtrait qu’il n’existe pas moins de 5000 euphémismes pour évoquer ‘ses ragnanas'(France), ‘Passer la frontière'(Corée) mais ma préférée c’est ‘être sur le chiffon'(Royaume-Uni).

***

Ces dernières années, on en parle de plus en plus. Il y a un vrai mouvement pour que les femmes prennent conscience que s’accepter passe aussi par prendre possession de son corps et de ce qui s’y passe.

Chaque mois c’est la même chose : seins sensibles, acné, fatigue, ballonnement and .. They we are !

A première vue, on est loin du culte que vouaient nos ancêtres à nos cycles menstruels :

« La source de puissantes énergies créatrices, spirituelles, sexuelles émotionnelles mentales et physiques. Ils offraient à la femme la capacité de se régénérer.  » Miranda Grey

Mais, cela inspire puisque qu’après la cup, les serviettes lavables, j’ai découvert qu’il existait la culotte menstruelle. (Titre de film ? )

What ? une culotte menstruelle ? Pas n’importe quelle culotte de règle. Je ne parle pas ici de la culotte de mémé qu’on aime enfiler pendant cette période de m**** non mais d’une culotte absorbante, une ‘couche-lotte’ lavable en bref ..

Dit comme ça, je veux bien entendre que ça vous fasse décrocher net, seulement si j’en parle c’est que ça vaut le coup assurément!

Une culotte menstruelle, c’est au moins 3 couches

Elle peut être portée en moyenne 12h et se porte comme une culotte. Selon les marques, l’utilisation, le ph du sang etc. Elle a une durée de vie entre 6 mois et 3 ans (il n ‘y a pas plus vague, merci). De ce que j’ai vu sur le marché actuel, elles sont,selon les marques, plus ou moins esthétiques.

Après moultes recherches, j’ai décidé d’essayer les culottes FEMPO, les culottes de l’espace pour tout un tas de raisons

  • Start up française
  • Uniquement du tissu et sans produits chimiques ou nano-particules
  • Clodette et Fannie (les conceptrices) allaient lancer leur culotte flux ++
  • J’ai adhéré à leur histoire
 » Nous voulions aider les femmes à travers la création d’une entreprise qui leur permettrait de prendre plus de contrôle sur leur vie  » Claudette et Fanny

La première fois, j’en ai commandé seulement deux, histoire de voir si la bestiole allait me plaire et surtout au vu de son prix.

Prix de ma première commande : environ 66 euros. J’avais bénéficié du prix de lancement de la culotte Flux ++. Seulement, après 2 cycles je me suis vite rendue compte qu’avec un jeu de deux culottes et mes flux bien trop abondants j’allais devoir revoir mon stock à la hausse pour assurer un bon roulement.

Les avantages d’une culotte menstruelle (Fempo ou pas)

1 – Ne porter que ça et rien d’autre ! (peut être utilisée en complément)

2- Maxi confort pendant des heures

3- Durable. Exit les déchets, elle se lave

4 – Ne laissent pas d’odeur désagréable

5 – Respecte notre nature de femme

Les trucs cool que j’ai aimé chez Fempo

  • Une composition sans produit chimique ou nanoparticule –> Juste du Tissu ! En plus, l’intérieur de la FEMPO est en 100% coton et n’agresse pas les muqueuses donc moins de risques de voir débarquer une mycose.
  • Pas d’effet couche comme on pourrait s’attendre même si on sent quand même que la Fempo ++ est plus épaisse mais rien à voir avec les protections hygiénique triples épaisseurs.
  • La grande capacité d’absorption de la Fempo ++. Clairement, je ne peux pas la garder 12h d’affilée quand mon flux est à son maximum – bien trop dangereux. Par contre, la nuit je fais en sorte de la mettre le plus tard possible et nickel !
  • Je ne déplore jusqu’à aujourd’hui aucune fuite.
  • Pendant les jours ‘Extraordinairement fluvieux ‘ j’ai essayé plusieurs trucs :
    • Test N°1 : En avoir une en plus pour se changer pendant la journée. L’inconvénient clairement c’est d’avoir un petit sac pour stocker la culotte utilisée et bien imbibée. Attention, on est d’accord que le sang est bien gardé à l’intérieur de la culotte ! (merci pour ces détails croustillants) . Évidemment, ça implique de partir aux toilettes avec une petite trousse et de divulguer le message suivant à tous : ‘Coucou j’ai mes règles eheh ‘
    • Test N°2 : Utiliser en premier lieu une culotte (normal) avec une protection hygiénique puis au cours de la journée passer à la culotte menstruelle. Mais j’ai vite arrêté. Le fait de devoir quand même acheter des protections hygiéniques n’avait plus d’intérêt dans mon optique de réduire les déchets.
    • Test N°3 : Il y a eu aussi l’option cup en complément et en première intention puis dans la journée ne porter que la culotte menstruelle.

Les trucs à améliorer chez Fempo ou les trucs nian nian tout court

  • L’esthétisme ! Soyons honnête ce n’est pas leur point fort je ne les ai pas achetées pour ça. Comme toute start-up pour démarrer, je comprends qu’elles aient eu besoin de tester leurs produits. D’ailleurs j’ai vu qu’elles allaient sortir une nouvelle collection avec différents coloris… YES !
  • Les composants ne sont pas biologique. On peut noter toutefois que les textiles sont sont certifiés OEKO-TEX® | STANDARD 100
  • Devoir les rincer avant de les laver quand elles sont full, c’est hyper consommateur d’eau !
  • Attention : NE SE PASSE PAS AU SECHE LINGE! Dans mon cas 100% de chance qu’elles y passent au moins une fois ..
  • La sensation d’être un peu mouillée quand elles sont bien imbibées. Signe qu’il y a risque de débordement quand même .. on ne rigole pas avec cette sensation ^^
  • Devoir en acheter pleiiiiiin pour assurer un bon roulement quand on a, comme moi, des règles qui durent 7 jours ( ça fait mal au porte-monnaie)
  • Taille petit ! Ça c’est juste un truc à savoir

En conclusion

Avant de partager mon avis, j’avais vraiment envie de les éprouver c’est donc après quasi 6 cycles d’utilisation que je me permets de vous le donner. Et franchement, c’est une fabuleuse alternative aux tampons, cup, serviettes hygiéniques !!

Quand j’ai voulu faire mon réassort, j’ai voulu d’abord envoyer un petit mail pour encourager leur projet et leur équipe. Pour me remercier, elles m’ont proposé de rajouter (en cadeau) à ma nouvelle commande une culotte que je n’avais pas encore chez moi pour la tester. J’ai choisi la culotte plus fine que je porte en fin de règle.

Elles m’ont également proposé de créer un code de réduction de 10% pour celles qui seraient tentées d’essayer.

Code promo : LA-NANAS10

N’hésitez pas à me partager vos expériences de culotte menstruelle et les différentes marques que vous avez testés!

J’ai testé, les coquillages d’allaitement

La première fois que j’en ai parlé au Rey avant de les acheter il m’a direct lancé un

Tu vas nous faire un remake de la petite sirène ?

J’étais sceptique parce que pour mon premier j’avais testé les coquilles en plastique mais je n’avais pas plus apprécié que ça, d’autant plus que ça avait sur-stimulé ma production de lait. Seulement au vu des crevasses que j’avais eu pour N°1 et le nombre impressionnant de coussinets d’allaitement que j’avais utilisés, je me suis dit que ce n’était pas une mauvaise idée de tester les coquillages d’allaitement.

Le concept me plaisait bien : Des coquillages travaillés artisanalement pour le confort de nos mamelons. On ne va tout de même pas refuser.

Lire la suite de « J’ai testé, les coquillages d’allaitement »

J’ai testé, tout et n’importe quoi

Premier bébé premiers essais, deuxième bébé on retente sa chance..

Lorsqu’on a un bébé c’est un peu l’eldorado pour les marques. On est prêt à tester tout et n’importe quoi.

Lire la suite de « J’ai testé, tout et n’importe quoi »

J’ai testé, la salopette de Lego wear

J’avais vu il y a plus d’un an sur un site internet, qu’il existait des combinaisons et des salopettes de pluie. A l’époque j’avais longuement hésité à en acheter mais je n’arrivais pas à me décider.

Avec notre départ en vacances au Canada qui se rapprochait j’ai décidé tout de même de m’y repencher, histoire que s’ils leur prenaient l’idée, à mes deux rigolos de la passion, de sauter avec un malin plaisir dans les flaques de boue ou de se jeter sur le sol humide (Grosso merdo être des enfants normaux) ils allaient être protégés un minimum.

Lire la suite de « J’ai testé, la salopette de Lego wear »

J’ai testé, l’homéopathie pour diminuer mes règles abondantes (ménorragie)

Alala c’est le genre d’article que j’adore partager… Ce n’est pas le sujet le plus cool mais Oh combien l’astuce va vous plaire les filles! Lire la suite de « J’ai testé, l’homéopathie pour diminuer mes règles abondantes (ménorragie) »

J’ai testé, les couches Bio BaBBy!

Cela faisait un petit moment que je voulais vous parler des couches BIO Babby !

(Attention c’est avec DEUX BB 😉 !!)

Lire la suite de « J’ai testé, les couches Bio BaBBy! »