LifeStyle, S'expatrier en famille : Etape N°3 Vendre ou mettre en location lorsqu'on s'expatrie ?

Qu’allions nous faire de notre appartement ? That was the question.. : Devions nous le mettre en location ou le vendre ? C’est l’une des questions qui nous est venue juste après avoir pris la décision de s’expatrier, pas la plus facile à prendre en plus.

La décision ne doit pas être prise à la légère, de nombreux paramètres sont à prendre en compte. Chaque situation est différente. Je vous partage dans ce billet les points qui nous ont permis de prendre la décision qui nous a semblé la plus cohérente.

Lire la suite de « LifeStyle, S'expatrier en famille : Etape N°3 Vendre ou mettre en location lorsqu'on s'expatrie ? »

LifeStyle, S'expatrier en famille : Etape N°2 S'expatrier avec son entreprise, le billet gagnant

Partir à l’aventure avec des enfants demande forcément plus de réflexion, on est beaucoup moins emballé par les « on verra bien sur place ».

Outre le fait que, pour obtenir un visa, il faut justifier d’une certaine aisance financière pour subvenir aux besoins de sa famille pendant les premiers mois, Il est fort probable que vous soyez obligés de trouver un emploi avant de partir si vous sortez de la zone euro et si vous ne bénéficiez pas d’un PVT, ni même d’un visa de travail facilité par votre profil professionnel.

Dans mon billet LifeStyle, S’expatrier en famille : Etape n°1 on s’était fixé un leitmotiv redoutable pour passer à l’action, mais je vous laissais sur votre faim quant à la destination de notre expatriation ! Il faut dire qu’après de looongs mois d’attente et de négociations avec l’entreprise del Rey, nous ne savions pas où nous allions atterrir.

Pour en finir avec le suspens ça ne sera donc pas le Canada mais les USA . Plus précisément Boston dans le Massachusetts. Si ça vous parle autant qu’à moi vous n’aurez donc aucun mal à situer la ville et à demander avec une tête de désespérée  » Boston, près de Chicago dans le nord ?  »

Mais comme vous n’êtes pas une quiche en géographie, si je vous dis plutôt : à 983 miles plus à l’est de Chicago ?! Non toujours pas.. Et si je vous dis à 3h au Nord de New York. Ah bah là c’est bon!

On est d’accord..Vous sentez vous aussi l’excitation de l’expatriation revenir.. 🙂

Le sujet n’étant pas Stop aux idées reçues, toutes les destinations se valent .. je vais plutôt vous parler des avantages de partir avec son entreprise : LE PACKAGE !

Si vous avez, comme nous, l’incroyable opportunité de partir avec votre entreprise, parce que, oui, c’est une réelle opportunité au vu de toute l’aide dont on bénéficie et les bip en moins que nous allons avoir à gérer…. vous serez heureux d’apprendre que vous bénéficierez d’un Package plus ou moins complet. Cela peut aller de la demande de visa, aux cours de langue étrangère, en passant par une aide sur place pour ouvrir un compte, le déménagement par voie maritime, etc.

Vous l’aurez compris, la négociation du Package est tout aussi importante que celle de votre futur salaire.

Cela dit, nous n’étions pas forcément en position de force pour négocier ce package étant donné que cette mutation était à notre demande. Toutefois, je pense vraiment que tout est négociable. Notre package me semble vraiment complet pour vivre cette expatriation avec un maximum de sérénité et nous ne souhaitions pas être trop gourmands, partir avec notre entreprise c’est un peu comme si nous avions gagné à la loterie, on est accompagné pour tout!

Mesurant notre chance, je me dis que mon blog ANANASDESTROPIQUES et mon compte instagram @ananasdtropiques sont des espaces tout à fait appropriés pour vous partager ‘ce gros lot’, comme ça, dans la mesure du possible, j’espère que cela vous aidera à votre tour.

En attendant le prochain billet, je vous partage quelques photos de notre expédition en amoureux pour ‘découvrir’ Boston. N’étant jamais allée aux USA et El Rey jamais à Boston, on s’est dit qu’avant de donner notre réponse définitive, il ne serait pas inutile d’aller voir où on allait mettre les pieds… mieux vaut tard que jamais^^..

Pour le dernier EVJF que j’avais préparé nous avions participé à une découverte de la ville via une échappée bière vagabondant de bar en bar pour découvrir l’histoire de la ville et les bières. J’avais tellement aimé l’expérience que je me suis mise à chercher une belle façon de visiter Boston en express.

C’est comme ça que je suis tombée sur le site Boston le Nez en l’air

J’ai réservé pour une visite  » Boston en hiver, un incontournable pour découvrir l’essentiel de la ville » en français. 2h avec Dominic, notre très agréable et à l’écoute guide Suisse du moment. Un tour du centre ville où s’est mélangé histoires, bons plans, et petites anecdotes : Un superbe moment d’échanges ! A la fin de la visite nous étions ravis, nous avions pu poser toutes nos questions sur la vie à Boston à Dominic qui, avec beaucoup de plaisir, n’a pas hésité à nous donner des conseils et ses points d’étonnements quand il est arrivé avec sa famille. Je vous conseille vivement de prévoir ce type de visite, ça vous permettra de vous imprégner rapidement de l’ambiance, d’avoir de bons conseils pour votre future installation et un premier contact!

.

On part où ? Bon plan : Le billet annuel congés SNCF

Je me rends compte que très peu de monde connait l’option billet annuel congés SNCF alors j’ai eu envie de vous partager l’info.

Que vous soyez salarié, stagiaire de la formation professionnelle, salarié en cessation anticipée d’activité, travailleur à domicile ou artisan, exploitant agricole, demandeur d’emploi, pensionné, préretraité, retraité, allocataire, orphelin ou veuve de guerre

Tous les ans vous pouvez bénéficier de

  • 25% sur un aller-retour d’au moins 200 kilomètres (uniquement en train)
  • 50% selon les disponibilités et si au moins la moitié de vos billets est réglé avec des chèques vacances

En solo ou à plusieurs : ‘Plus on est de fous moins il y a de riz

Pour ne pas citer Coluche, vous pouvez en faire bénéficier :

  • votre conjoint
  • vos enfants de moins de 21 ans
  • vos parents, si vous êtes célibataire

Attention uniquement, s’ils vivent sous votre toit et qu’ils voyagent avec vous

Envie d’un road-trip ? C’est possible !

Si vous décidez de vous faire un petit road-trip, vous avez 61 jours à comptée de la date de départ du trajet pour faire votre retour? En plus, les arrêts en cours de route sont possibles.

« S’ils dépassent 24 h, ou si leur nombre conduit à dépasser la limite d’utilisation du titre après validation, plusieurs titres de transports sont émis, comportant tous la même réduction). « 

Parlons concret : Comment on l’obtient ?

  • Télécharger ici, le formulaire correspondant à votre situation ou rendez-vous en Gare
  • Faites remplir la partie réservée à votre employeur ou organisme
  • Rendez-vous dans un point de vente SNCF moins de 24h avant le départ, muni du formulaire et des justificatifs demandées

LifeStyle, S’expatrier en famille : Etape n°1 On se fixe un leitmotiv redoutable pour passer à l’action

Quinze ans que je vis avec l’idée qu’un jour je quitterai ma belle région pour … n’importe où dans le monde.

Après toutes ces années de procrastination, j’ai décidé d’y mettre un terme et d’honorer ma liste des « A faire avant de mourir ».

Evidemment, c’est un projet de couple qui, à force de revenir dans nos discussions, a fini par nous taper sur le système.

C’est sûr, il y a la famille, les amis, les naissances, les maladies, la famille, les amis, les naissances, les maladies, la famille, les amis … prétextes indéfiniment utilisables et redondants.

Bien sûr, ceux sont de vraies excuses pour ne pas partir, mais il y a aussi Nous. Et depuis un an le Nous l’emporte sur tout ça.

Parce qu’entre le rêve et la réalité, il y a la réalité il a fallu nous créer notre leitmotiv : une date limite de départ, un non retour sur notre décision avec des pré-requis. Avec des enfants et cette première expérience d’expatriation, notre liste de prérequis s’est allongéeeee. Mais rien d’insurmontable.

Surtout, ne pas se définir des prérequis farfelus au risque de se décourager. Et puis comme tout projet : il faut savoir rester FLEXIBLE et réajuster au fur et à mesure qu’il mûrit.

Nos pré-requis

Pré-requis numéro 1 : Que fruit de la passion soit opéré de sa malformation cardiaque

Pré-requis numéro 2 : Trouver une destination où la sécurité est le mot d’ordre

Notre choix s’est porté plus particulièrement sur les pays suivants : l’Espagne,la Suisse, le Quebec CA, les USA.

Mais avant de faire cette sélection, on a lancé toutes nos envies : la Polynésie ?! Le Costa Rica ?!

Et puis on a affiné en fonction du marché du travail dans notre branche qui est l’informatique. L’Inde ?! Oui.. mais non. Pour une première expérience d’expatriation peut-être une culture un peu trop différente de la nôtre. Et puis les retours de collègues sur leur expatriation en Inde nous a refroidis. Vivre dans de jolies prisons dorées sans être au contact de la population ne nous séduit pas du tout.

Une fois notre liste réduite on s’est fait un petit topo de nos + et nos- selon mes lectures, le retour d’amis et de la famille et nos propres ressentis lors de nos visites.

L’Espagne

Les + :

Sa culture portée sur les valeurs de la famille. Il n ‘y a qu’en Espagne où l’on va au bar avec ses enfants ^^ , la joie de vivre de ses habitants, le soleil, une destination européenne (en tant que citoyen européen il est possible de travailler comme salarié ou indépendant, sans permis de travail, dans n’importe quel pays de l’UE., le sentiment de sécurité et le coût bas de la vie

Les – :

Le fort taux de chômage et une crise économique qui ne se tarit pas

La Suisse :

Les +:

Un niveau élevé de sécurité. Selon l’enquête de 2017 menée par swissinfo.ch : La Suisse arrive en tête de leur classement pour la sécurité et la sûreté, ce résultat «tient aussi bien compte de facteurs subjectifs tels que le sentiment de sécurité personnelle que de l’évaluation du pays sous les angles de la stabilité et de la paix» , une très bonne qualité de vie et une sécurité de l’emploi, une diversité de culture et un bon équilibre vie privée / professionnelle

Les -:

Le coût de la vie est très élevé malgré des salaires confortables, pas d’école avant les 4 ans de l’enfant, un marché locatif difficile, une intégration à la population qui ne semble pas si évidente.

Néanmoins, la très bonne expérience d’amis et nos petites escapades chez eux nous confirment que malgré un niveau de vie élevé, la qualité de vie est plutôt excellente.

Le Québec, CA

Les + :

L’assurance maladie, les installations publiques, la gentillesse et la bienveillance de la population, la bio-diversité et ses paysages magnifiques, une politique d’immigration très favorable et un argument non négligeable pour nous : la famille del Rey (++++)

Les – :

LE FROID !!! Je suis un vrai reptile, la chaleur c’est la vie, autant dire que c’est pour moi le plus gros frein. Mais on dit aussi que c’est un froid ‘sec’ contrairement à chez nous où malgré les couches on se les gèle. Faire garder son enfant ?!, trouver un médecin de famille, la distance entre le nouveau et le vieux continent

Les USA

Les + :

L’anglais, un milieu multiculturel, un esprit entrepreneurial, des magnifiques paysages

Les -:

Le coût de l’assurance maladie, les congés, le coût de la scolarité, la distance entre le nouveau et le vieux continent

Et puis on a continué nos prérequis selon les pays.

Pré-requis numéro 3 : Partir avec au moins un boulot ( pour les USA, la Suisse et l’Espagne)

Pré-requis numéro 4 : Vendre ou mettre en location notre appartement. Ce qui nous a amené à nous poser milles questions. Passer par une agence ?! etc ..

Pour se motiver et remplir nos pré-requis, il a fallu que nous nous imposions une date limite. Dès janvier 2019, j’ai tenté ma chance pour obtenir un PVT(Permis Vacances Travail) pour le Canada.

Bon à savoir : Le PVT est un programme qui permet à la fois de découvrir un nouveau pays et de pouvoir y travailler. Selon votre nationalité et votre âge, cela vous donne accès à plus ou moins de destinations PVT.

Qui dit obtention dit également date limite pour rentrer sur le territoire pour le démarrer et donc une date limite pour le départ à l’étranger pour nous ! Il faut dire que plus les mois se sont écoulés plus nous nous sommes fixés pour le Canada mais actuellement nous connaissons un rebondissement.. histoire à suivre.. !

Je serai ravie de lire vos leitmotiv, vos expériences alors n’hésitez pas à commenter !


Sources : https://www.swissinfo.ch/fre/home-sweet-home-_les-expats-appr%C3%A9cient-la-s%C3%A9curit%C3%A9-qu-offre-la-suisse-mais-pas-la-population-locale/43497130 | https://immigrantquebec.com/fr/consulter/conseils-d-experts/s-expatrier-au-quebec-avantages-et-inconvenients / |Travaille-en-suisse.ch

J’ai testé, Fempo la culotte Menstruelle

Femmes que nous sommes, s’il y a une chose à laquelle on ne peut pas échapper pendant une période plutôt longue de notre vie, c’est bien les règles. Pourtant, c’est un sujet encore tabou dans de nombreux pays du monde. D’ailleurs, il paraîtrait qu’il n’existe pas moins de 5000 euphémismes pour évoquer ‘ses ragnanas'(France), ‘Passer la frontière'(Corée) mais ma préférée c’est ‘être sur le chiffon'(Royaume-Uni).

***

Ces dernières années, on en parle de plus en plus. Il y a un vrai mouvement pour que les femmes prennent conscience que s’accepter passe aussi par prendre possession de son corps et de ce qui s’y passe.

Chaque mois c’est la même chose : seins sensibles, acné, fatigue, ballonnement and .. They we are !

A première vue, on est loin du culte que vouaient nos ancêtres à nos cycles menstruels :

« La source de puissantes énergies créatrices, spirituelles, sexuelles émotionnelles mentales et physiques. Ils offraient à la femme la capacité de se régénérer.  » Miranda Grey

Mais, cela inspire puisque qu’après la cup, les serviettes lavables, j’ai découvert qu’il existait la culotte menstruelle. (Titre de film ? )

What ? une culotte menstruelle ? Pas n’importe quelle culotte de règle. Je ne parle pas ici de la culotte de mémé qu’on aime enfiler pendant cette période de m**** non mais d’une culotte absorbante, une ‘couche-lotte’ lavable en bref ..

Dit comme ça, je veux bien entendre que ça vous fasse décrocher net, seulement si j’en parle c’est que ça vaut le coup assurément!

Une culotte menstruelle, c’est au moins 3 couches

Elle peut être portée en moyenne 12h et se porte comme une culotte. Selon les marques, l’utilisation, le ph du sang etc. Elle a une durée de vie entre 6 mois et 3 ans (il n ‘y a pas plus vague, merci). De ce que j’ai vu sur le marché actuel, elles sont,selon les marques, plus ou moins esthétiques.

Après moultes recherches, j’ai décidé d’essayer les culottes FEMPO, les culottes de l’espace pour tout un tas de raisons

  • Start up française
  • Uniquement du tissu et sans produits chimiques ou nano-particules
  • Clodette et Fannie (les conceptrices) allaient lancer leur culotte flux ++
  • J’ai adhéré à leur histoire
 » Nous voulions aider les femmes à travers la création d’une entreprise qui leur permettrait de prendre plus de contrôle sur leur vie  » Claudette et Fanny

La première fois, j’en ai commandé seulement deux, histoire de voir si la bestiole allait me plaire et surtout au vu de son prix.

Prix de ma première commande : environ 66 euros. J’avais bénéficié du prix de lancement de la culotte Flux ++. Seulement, après 2 cycles je me suis vite rendue compte qu’avec un jeu de deux culottes et mes flux bien trop abondants j’allais devoir revoir mon stock à la hausse pour assurer un bon roulement.

Les avantages d’une culotte menstruelle (Fempo ou pas)

1 – Ne porter que ça et rien d’autre ! (peut être utilisée en complément)

2- Maxi confort pendant des heures

3- Durable. Exit les déchets, elle se lave

4 – Ne laissent pas d’odeur désagréable

5 – Respecte notre nature de femme

Les trucs cool que j’ai aimé chez Fempo

  • Une composition sans produit chimique ou nanoparticule –> Juste du Tissu ! En plus, l’intérieur de la FEMPO est en 100% coton et n’agresse pas les muqueuses donc moins de risques de voir débarquer une mycose.
  • Pas d’effet couche comme on pourrait s’attendre même si on sent quand même que la Fempo ++ est plus épaisse mais rien à voir avec les protections hygiénique triples épaisseurs.
  • La grande capacité d’absorption de la Fempo ++. Clairement, je ne peux pas la garder 12h d’affilée quand mon flux est à son maximum – bien trop dangereux. Par contre, la nuit je fais en sorte de la mettre le plus tard possible et nickel !
  • Je ne déplore jusqu’à aujourd’hui aucune fuite.
  • Pendant les jours ‘Extraordinairement fluvieux ‘ j’ai essayé plusieurs trucs :
    • Test N°1 : En avoir une en plus pour se changer pendant la journée. L’inconvénient clairement c’est d’avoir un petit sac pour stocker la culotte utilisée et bien imbibée. Attention, on est d’accord que le sang est bien gardé à l’intérieur de la culotte ! (merci pour ces détails croustillants) . Évidemment, ça implique de partir aux toilettes avec une petite trousse et de divulguer le message suivant à tous : ‘Coucou j’ai mes règles eheh ‘
    • Test N°2 : Utiliser en premier lieu une culotte (normal) avec une protection hygiénique puis au cours de la journée passer à la culotte menstruelle. Mais j’ai vite arrêté. Le fait de devoir quand même acheter des protections hygiéniques n’avait plus d’intérêt dans mon optique de réduire les déchets.
    • Test N°3 : Il y a eu aussi l’option cup en complément et en première intention puis dans la journée ne porter que la culotte menstruelle.

Les trucs à améliorer chez Fempo ou les trucs nian nian tout court

  • L’esthétisme ! Soyons honnête ce n’est pas leur point fort je ne les ai pas achetées pour ça. Comme toute start-up pour démarrer, je comprends qu’elles aient eu besoin de tester leurs produits. D’ailleurs j’ai vu qu’elles allaient sortir une nouvelle collection avec différents coloris… YES !
  • Les composants ne sont pas biologique. On peut noter toutefois que les textiles sont sont certifiés OEKO-TEX® | STANDARD 100
  • Devoir les rincer avant de les laver quand elles sont full, c’est hyper consommateur d’eau !
  • Attention : NE SE PASSE PAS AU SECHE LINGE! Dans mon cas 100% de chance qu’elles y passent au moins une fois ..
  • La sensation d’être un peu mouillée quand elles sont bien imbibées. Signe qu’il y a risque de débordement quand même .. on ne rigole pas avec cette sensation ^^
  • Devoir en acheter pleiiiiiin pour assurer un bon roulement quand on a, comme moi, des règles qui durent 7 jours ( ça fait mal au porte-monnaie)
  • Taille petit ! Ça c’est juste un truc à savoir

En conclusion

Avant de partager mon avis, j’avais vraiment envie de les éprouver c’est donc après quasi 6 cycles d’utilisation que je me permets de vous le donner. Et franchement, c’est une fabuleuse alternative aux tampons, cup, serviettes hygiéniques !!

Quand j’ai voulu faire mon réassort, j’ai voulu d’abord envoyer un petit mail pour encourager leur projet et leur équipe. Pour me remercier, elles m’ont proposé de rajouter (en cadeau) à ma nouvelle commande une culotte que je n’avais pas encore chez moi pour la tester. J’ai choisi la culotte plus fine que je porte en fin de règle.

Elles m’ont également proposé de créer un code de réduction de 10% pour celles qui seraient tentées d’essayer.

Code promo : LA-NANAS10

N’hésitez pas à me partager vos expériences de culotte menstruelle et les différentes marques que vous avez testés!

On part où, En balade pour une cueillette de fleurs de Sureau et en prime une recette de Pesto

Rien de plus plaisant que de partir en balade pour cueillir des fleurs de sureau (nom scientifique Sambucus nigra) . C’est en Mai & Juin que cette fleur se prête le mieux à la récolte.

Lire la suite de « On part où, En balade pour une cueillette de fleurs de Sureau et en prime une recette de Pesto »

J’ai testé, les coquillages d’allaitement

La première fois que j’en ai parlé au Rey avant de les acheter il m’a direct lancé un

Tu vas nous faire un remake de la petite sirène ?

J’étais sceptique parce que pour mon premier j’avais testé les coquilles en plastique mais je n’avais pas plus apprécié que ça, d’autant plus que ça avait sur-stimulé ma production de lait. Seulement au vu des crevasses que j’avais eu pour N°1 et le nombre impressionnant de coussinets d’allaitement que j’avais utilisés, je me suis dit que ce n’était pas une mauvaise idée de tester les coquillages d’allaitement.

Le concept me plaisait bien : Des coquillages travaillés artisanalement pour le confort de nos mamelons. On ne va tout de même pas refuser.

Lire la suite de « J’ai testé, les coquillages d’allaitement »

Mon fruit de la passion, le jour où nous avons découvert ta malformation cardiaque (cav)

Nous étions heureux mais stressés, nous étions en route pour ta deuxième échographie.

Accueilli par le sage-femme un samedi matin nous trouvions que nous avions de la chance. On te regarde comme la plus belle merveille du monde. Je me souviens encore me demander comment, en si peu de mois, tu pouvais déjà être si bien formé. Tu n’étais pas très coopératif ce jour là. Un vrai têtu.

Je revois encore notre sourire écoutant le sage-femme validant chaque partie de ton corps

  • Tes 4 membres ok
  • Ton cerveau ok
  • Ton estomac ok

Et puis plus rien, juste de longs silences et des clichés de ton coeur.

La pression monte, nous ne sourions plus. Nous attendons comme des élèves disciplinés, nous avons compris. Nous lui laissons le temps de se concentrer et restons dans le silence en se lançant des regards inquiets.

Et puis cette question qui sort de ma bouche subitement : ‘Il y a un problème ?’

Son diagnostic tombe. Il parle longtemps mais je ne l’écoute pas vraiment. La peur a envahi tout mon être. J’ai ces mots qui résonnent dans ma tête : malformation grave du coeur, trisomie 21.

Nous sommes samedi, et c’est le week-end, personne ne pourra nous recevoir avant jeudi…jeudi c’est si loin.

La famille et les amis attendent notre appel pour savoir si tout va bien. Comme toujours personne ne peut/veut imaginer qu’il en serait autrement. Notre appel tombe comme un coup de massu. Il y a les maladroits qui nous parle d’avortement, de se préparer au pire. Le pire c’est maintenant que nous le vivons. Notre petit monde d’insoucience vient de s’écrouler et puis que savons nous ? Pas grand chose.

Le week-end est très dur, nos larmes coulent. Tu as compris qu’il y avait quelque chose. Je te sens me parler avec douceurs, tu me donnes des coups pour me rappeler que tu es là, que tu existes. Mais moi je veux que tu te fasses tout petit. Dois-je encore t’aimer moi qui demain serai peut-être ton bourreau?

La famille nous parle des conséquences de nos choix : Qui s’en occupera s’il vous arrive malheur ?

A force de se poser des questions tout devient plus lucide : on ne sait rien alors on ne change rien ! On laisse sortir les inquiétudes et les certitudes des autres. On les écoute, on les console. Mais nous on t’aime et puis voilà. On verra bien ce qu’en dira le corps médical.

Les médecins s’étaient réunis le mardi mais nous n’en avions pas plus appris.

Nous sommes jeudi, le cardiologue pédiatrique nous reçoit. La boule au ventre, le coeur battant, nous attendons le verdict.

Canal atrio-ventriculaire PARTIEL.

Les mots du cardiologue nous insufflent un vent d’espoir : opération avant l’école. Les risques d’une trisomie 21 sont bien moi élevés. Il faudra tout de même une amniocentèse pour confirmer que ton caryotype est parfait et surprise ..que tu seras notre Pti mec.

4 années se sont écoulées, on y est. La boule au ventre, le coeur battant nous attendons. Ta deuxième vie va commencer.

L’amour est plus fort que tout.

A tous mes petits chats qui sont déjà passés par là, vous vous reconnaîtrez.

Je me marie, Peut-on se passer d’un DJ ?

Rassurez-vous il est tout à fait légitime de se poser la question. Après tout, vous vous souvenez encore de la prestation plus que douteuse du DJ au mariage de votre cousine et des douzaines d’écho de mariages ratés à cause de leur ‘surprenante’ interprétation en 10 leçons de : Comment mettre une bonne ambiance à un mariage.

Lire la suite de « Je me marie, Peut-on se passer d’un DJ ? »

J’ai testé, tout et n’importe quoi

Premier bébé premiers essais, deuxième bébé on retente sa chance..

Lorsqu’on a un bébé c’est un peu l’eldorado pour les marques. On est prêt à tester tout et n’importe quoi.

Lire la suite de « J’ai testé, tout et n’importe quoi »